Ce n’est pas un parti qui changera les choses..

FAVORIS

Pour commencer..

Etoile DroiteIl y a un moment où il n’est plus possible de se voiler la face et il est indispensable de regarder la vérité droit dans les yeux. C’est l’instant où l’on franchit ce point de rupture, celui où l’on abandonne les illusions qu’on se faisait pour essayer d’aller mieux en ajoutant un peu de foi à nos engagements. La raison, cette « putain du diable » comme Luther se plaisait à la qualifier, oblige à se faire violence, c’est à dire à pointer du doigt autant les blessures de la société que les nôtres ; quitte à s’arracher les sourcils en tirant sur le chatterton qui nous laissait aveugle.

La révolution n’est pas pour demain et ce n’est pas un parti qui la fera, ni un homme seul.

Il est inutile d’attendre qu’elle vienne d’elle-même ou d’espérer que le peuple soit prochainement décidé à se lever. Trop d’optimisme, nourri par trop d’espoir, pourrait faire passer la révolution comme le moteur de nos sociétés, la grande « locomotive de l’Histoire », quand en fait elle ne serait que « l’action salvatrice de l’humanité qui tire sur le frein d’urgence avant que le train ne sombre dans l’abysse. »(1). Mais nous serons certainement d’accord pour affirmer qu’à l’heure actuelle l’humanité n’est pas résolue à lever la main pour l’actionner.
Et ce n’est pas un parti qui prendra le pouvoir pour faire la révolution, ce n’est ni le Parti de Gauche ni le Front De Gauche dans son ensemble qui y arrivera et ce n’est ni le Front De Gauche allié avec le NPA, ni le Front De Gauche allié au NPA et à Europe Ecologie – Les Verts ni un autre cartel de parti politique qui renversera la table. Ce n’est pas non plus Jean-Luc Mélenchon qui bouleversera la société si un jour il est au gouvernement..

Hier j’ai démissionné.

Etoile DroiteCette fois ce n’est pas un poisson d’avril, mais c’est justifié. J’ai démissionné d’une fonction que j’occupais jusque-là au sein du Parti de Gauche Morbihan pour laisser un autre homme se présenter afin de devenir cosecrétaire départemental. Si j’ai fait cela, c’est parce que j’ai été élu conseiller municipal à Lanester, avec mes camarades Christèle et Nadine, et que j’estime qu’un homme ne doit pas détenir à lui seul un nombre trop important de mandats quand la démocratie est en mesure de le soulager efficacement de ceux-ci.
C’est le principe du non-cumul des mandats que nous défendons. Celui-ci s’applique à différents niveaux et nous estimons par exemple qu’il ne devrait pas être possible pour une personne d’occuper à la fois la fonction de maire et de député. Le même principe est déclinable pour les sénateurs, bien que nous soyons pour la suppression du Sénat.. et c’est valable à différents niveaux. C’est pour cela d’ailleurs qu’aux élections municipales à Lorient nous proposions Paul, notre second sur la liste « A Gauche, L’Union », pour occuper la fonction de président du conseil d’agglomération quand Delphine, tête de liste, ne briguait que la fonction de maire.
Ainsi Romaric prend ma suite au PG56 et il me sera plus facile de satisfaire la confiance de nos 1497 électeurs lanesteriens. Je lui souhaite courage et détermination, et les mots ne sont pas anodins car, pour donner une image concrète des premiers mots de mon billet, je ne cacherai pas que lors de notre Assemblée Générale nous étions quatorze. C’est avec le même nombre de personne que j’avais été élu pour ce mandat en septembre et notre parti garde toujours la modestie de sa cinquantaine d’adhérents dans le Morbihan. À ces chiffres, certains de mes amis s’étonnent « seulement ? », à quoi je leurs répond que c’est PG56Photo01évidement sûr, puisque eux mêmes, partageant trop souvent l’intégralité de nos idées et manifestant continuellement leur sympathie pour nos actions et prises de positions, n’ont pas leur « carte » dans notre parti..

Voilà pourquoi ce n’est pas un parti qui changera les choses.

Etoile DroiteNous restons, bien malheureusement, ce que certains appellent « l’élite éclairé » de notre minorité, l’avant garde de l’avant garde, les premiers parmi les premiers, les plus fous parmi les fous.

Depuis que j’ai « pris ma carte » au Parti de Gauche fin 2011 et, bien plus encore, depuis le second tour des élections municipales, toujours plus nombreux sont ceux qui me félicitent et estiment heureux de voir « des jeunes » s’engager en politique. L’une des scènes qui m’a frappé le plus fut la suivante :
Alors que j’entrai dans notre local de campagne dans l’entre-deux tour, pour préparer une séance de porte à porte dans les quartiers populaires où l’abstention fut de moitié, j’ai eu l’occasion de rencontrer une personne que je ne connaissais pas et qui, instinctivement, m’a demandé de qui j’étais le fils.. Du tac au tac j’ai répondu que j’étais sans doute le fils de mes parents en que dans le contexte présent il semblait plus approprié de me considérer comme candidat aux municipales de Lanester. Il n’était pas venu à l’idée de cette personne que quelqu’un aux traits juvéniles tels que les miens puisse être « autre chose » que le « fils de.. ».
Je ne jette pas la pierre à cette personne, ni aux autres ; et ça n’est pas par flemme de vider les plages de Larmor de leurs galets. Mais cela est l’écho langoureux de cette société qui se résigne jour après jour et qui bientôt payera sa décadence en n’ayant rien de mieux à faire que de crier entre quatre murs et trois barreaux.

La question qui revient toujours..

Etoile DroiteTu y crois ? C’est par ces trois mots que la plupart des gens pense conclure mon engagement et jamais je ne comprends véritablement ce qu’ils espèrent avoir comme réponse. Nous savons qu’ils aimeraient entendre le simple oui, mais ça ne vient pas, impossible de s’y résoudre et je leur demande d’être plus précis ; à quoi sommes-nous censés croire ? Les réponses sont toujours différentes et il serait possible d’en faire un clip sociétal : à ton parti.. à votre combat.. à la réussite.. qu’un jour vous prendrez le pouvoir.. qu’en 2017 vous gagnerez.. que c’est possible.. etc..
Et toujours je réponds non. J’affirme, dans ce maelstrom de choses auxquelles nous devrions croire, que si peut-être un jour ce fut le cas, à présent c’est tranché : je n’y crois pas. Et là le clip reprend : à bon ?.. Je ne comprends pas.. comment ça ?.. pourquoi tu continues ?.. Bah si tu y crois, ça n’est pas possible.. etc..
L’erreur est un bienfait pédagogique, si l’on en tire toutes les conséquences. Qu’est ce que croire ? Est-ce que la croyance doit intervenir dans l’engagement politique ? Est ce que les salauds qui ne tiennent par leurs promesses y croient ? Etc.. sont si peu de questions qui permettent parfois de lancer la réflexion sur le sens des mots.
Et il y a le concret, ce qui est le plus important : croire que la révolution est inéluctable est une erreur intellectuelle, penser que la roue de l’histoire ira forcément dans notre sens est illusoire et envisager qu’un parti, qu’une organisation ou qu’un homme à lui seul bouleversera le monde s’apparente à de la paresse.. ..Mais il n’y a pas de fatalité car notre devoir est d’être courageux et d’affronter la réalité.FAVORIS
Et la réalité c’est qu’il ne sera pas possible de faire des rues de nos pays des forêts de poings levés si la population reste majoritairement à genoux. La réalité c’est qu’un jour, peut être, « demain » sera trop tard, qu’il n’y a ni Dieu, ni césar, ni tribun(2) pour nous sauver de la servitude volontaire et que chacun doit se résoudre à ne plus servir pour être libre(3). La réalité c’est que les mots ne font pas les actes, que nos vœux resterons pieux si nous n’y mettons pas en œuvre les moyens et qu’en se taisant mille fois face à un mensonge on lui permet de devenir une vérité..

La réalité c’est cette actualité qui nous rattrape..

Etoile DroiteAbstention record, grande victoire du Front National si l’on en croit les médias et grande claque du PS qui ne trouve rien d’autre à faire que de nous mettre une bonne droite dans la gueule. Car s’il y a un lecteur qui en doute encore, qu’il le sache : Valls n’est pas de gauche et il est à l’image de son #12Avril-Maintenant_ça_suffit!gouvernement. Ils sont de ceux qui, par humanisme, affûtaient du mieux qu’ils pouvaient la hache des bourreaux ou encore de ces équipes de cuistots du cœur qui servaient le meilleur burger de la région aux pauvres gars qu’on allait pendre. Ils sont de cette tendance social-libérale qui vend nos écoles aux esclavagistes et qui, après négociation avec les crèves-la-dalle leurs accorde de peindre les murs en rose..
Nous en avons ras le bol, et nous ne sommes pas de ceux qui nous contenterons d’un jour de colère sans lendemain car notre ras le bol est de gauche et parce qu’en 2012 certains nous affirmaient « le changement, c’est maintenant » nous marchons ce 12 Avril et nous continuerons les jours suivants en leur criant « Maintenant ça suffit ! »

(1) : Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, volume I/3, Francfort, Suhrkamp, 1980, p. 1232 – Reprit par Michael Löwy dans Écosocialisme : l’alternative radicale a la catastrophe écologique capitaliste, Mille et une nuits, 2011, p.76
(2) : Eugène Pottier, L’Internationale, 1871, couplet 2, vers 2.
(3) : Étienne de La Boétie, Discours de la servitude volontaire, 1549.

Une réflexion sur “Ce n’est pas un parti qui changera les choses..

  1. Bonsoir Alecx,
    L’avènement d’une VI ième République citoyenne qui paraît à première vue hypothétique pourrait être la seule voie d’un avenir de progrès .
    Imaginons un instant l’implication du slogan de Mai 68  » L’imagination au pouvoir « …
    Perso , j’ai vécu mes années les plus fécondes en psy où la psychiatrie asilaire s’ouvrait enfin sur la cité par une politique dite  » de secteur  » géographique et social impulsée par la psychothérapie institutionnelle appliquée par les cliniques  » La Borde  » , le Vinatier , Les Murets , etc…et prônée par divers penseurs en recherche d’autres voies tels : Basaglia , Laing , Cooper , Deleuze , Guattari , Gentis , Bonnafé , Klein , Loewenstein , Dolto , Lebovici , Jung , Manonni et bien d’autres moins illustres mais tout aussi méritants .
    Au sein de mon établissement : Les Murets , nous avons créé une unité dite  » anti-psychiatrique  » inspirée de ce mouvement plutôt libertaire visant à libérer les aliénés mentaux .
    Dans ce service médical , la  » folie  » n’était plus enfermée dans son carcan asilaire traditionnel réservé à de prétendus spécialistes dont le but était de faire du  » patient  » un objet d’études et d’applications  » thérapeutiques  » sans lien, ou si peu, sociologique avec son milieu et son histoire . Notre démarche était toute autre avec , il est vrai , des pré-supposés désaliénants : pas de dossiers médical , accès libre et total à la pharmacie , tâches partagées , groupes de thérapies informelles , solidarité et échanges égalitaires etc…, L’utopie en mouvement quoi…mais seulement appliquée à un petit groupe , au delà , c’eût été trop révolutionnaire sans doute ! Cette mini-institution noyée dans l’hôpital était une pratique de vie sociale et thérapeutique originale et profitable aux soignés traditionnellement  » soit nié  » comme aux soignants  » soit niant « …avec toutes les implications psychologiques que l’on peut deviner .
    L’objectif des encadrants ( il en fallait bien ) était d’abattre dans le réel les rapports de hiérarchie : / savoir / pouvoir / sujet / objet / entre les uns et les autres , ce que nous sommes parvenus à réaliser cahincaha . Un vent d’optimisme et de plaisir à être ensemble soufflait comme jamais mais , hélas , cette aventure de 3 années oh combien positives fut jugée trop subversive par le système hiérarchique et administratif extérieur et donc défaite par décision unilatérale et sans appel…
    Tout cela pour dire que lorsqu’on laisse libre cours à l’imagination , à l’intelligence , au partage et à la liberté pour tous , tout devient possible et surtout le meilleur . Parions sur l’avenir .

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s