Dans mon exil au Canada, j’ai veillé à garder un œil sur la France : intervention en Conseil Municipal d’Alexandre Scheuer et positionnement sur le budget.

20160206CMAlexandreScheuer20151215_172246

Pour marquer mon retour en France et ma reprise de fonction d’élu, je suis intervenu brièvement au début du dernier Conseil Municipal de Lanester, juste avant que ne soit abordée la question du budget et que mon groupe ne s’exprime par la voix de Christèle Rissel. Voici nos interventions :

Blog-SymboleBBR01« Madame la maire, mesdames et messieurs du conseil municipal, je m’adresse également aux Lanesteriennes et Lanesteriens,

Comme vous pouvez le voir, et certains avaient déjà pu le remarquer, mon séjour d’étude au Canada a pris fin, comme je l’avais annoncé en juillet dernier avant de partir. Je précise, au passage, que je n’étais pas au Québec, contrairement à ce qu’un nombre incalculable de personnes ont pensé, même parmi mes propres amis et camarades. J’ai passé quatre mois dans la péninsule acadienne, au Nouveau-Brunswick, qui est l’une des dix provinces d’un État fédéral bordé par trois océans et découpé en cinq fuseaux horaires. Cette expérience outre-Atlantique s’est globalement bien passée, elle était riche et je ne m’étalerai pas davantage sur son contenu ce soir, tout en restant disponible en dehors du conseil municipal pour en parler avec ceux qui le souhaitent.

Dans mon exil, j’ai veillé à garder un œil sur la France, quand ce n’était pas la France qui s’acharnait à ce que je ne puisse pas lui refuser mon regard : les attentats bien sûr, qui m’ont atteint comme l’ensemble des Français et puis… …et puis la stigmatisation de certains de nos compatriotes, la peur, la haine, l’état d’urgence, les perquisitions à foisons et les assignations à résidence de gens qui n’avaient absolument rien à voir avec le terrorisme.

J’avais quitté Lanester en vous parlant de la Grèce, qui se levait contre la dictature de l’Union Européenne, et je reviens ici alors que l’actualité est à la déchéance de nationalité pour ceux de nos compatriotes qui n’ont pas forcement eu le choix de n’être que Français. Terrible image.

La barbarie et la médiocrité n’ont pas de fin. Je vais être bref. J’ai consulté le PV de la séance du Conseil Municipal du 17 Décembre 2015. J’ai pu lire, si je me souviens bien, qu’un élu s’indignait des 40 milliards d’euros donné par l’État aux grandes entreprises sans contrepartie ; j’ai pu lire également qu’une élue remarquait que d’établir le salaire minimum à 1500 euros coûterait 9 milliard d’euro, soit 1 an de dividende des entreprises classées au CAC40. Ce ne sont pas des élus de mon groupe qui ont fait remarqués cela et c’est tant mieux.

Aujourd’hui nous allons parler du budget. Christèle se chargera d’intervenir à ce sujet. Je souhaite que chacun sache que ce que nous disons, ce n’est pas pour notre plaisir ou par pure posture idéologique, c’est pour défendre ce qui nous semble devoir être les fondamentaux de notre société, et nous sommes nombreux ici j’imagine à considérer que ce qui touche négativement notre collectivité n’est pas juste, ni même raisonné. Le président Hollande lui-même déclarait, suite aux attentats, que le pacte de sécurité l’emporte sur le pacte de stabilité, ce pacte des 3% qui prétend justifier la baisse des dotations aux collectivités.

Avant de laisser le parole et de reprendre l’ordre du jour, je tiens également à signaler que notre groupe se joint à la mobilisation d’aujourd’hui pour le relaxe des huit salariés de Goodyear et que la criminalisation de l’action syndicale est une atteinte grave aux libertés, à ce que porte notre modèle social.

Je vous remercie de votre écoute. »

Prise de parole de Christèle Rissel, pour notre groupe, à propos du budget :

OLFDG« Madame la Maire, Mesdames et Messieurs les membres du Conseil Municipal, Nous tenons à remercier les services pour les documents qui nous sont présentés ce soir.
Depuis maintenant 2 ans, notre ville subie l’austérité imposée par le gouvernement Hollande, sous l’impulsion des règles stupides et mortifères de l’Union Européenne.

Pour l’année 2016, encore 500 000 euros de moins pour notre ville, soit une baisse de 9,39 %.
Nous l’avons déjà dit, le choix d’imposer aux collectivités ces baisses de dotation n’est pas juste, c’est dangereux et irresponsable, car elles ne sont pas responsables de la dette, et bien au contraire elles participent activement au maintien de l’emploi, qu’il soit public, privé, ou associatif. Aujourd’hui l’annonce de près de 3,6 millions de demandeurs d’emploi dans notre pays ne provoque plus de réaction, c’est un fait, une donnée, une statistique en plus. Sans voir les réelles difficultés des personnes et des familles. Ces difficultés, qui grandissent pour les ménages, par exemple la précarité énergétique, et parfois les difficultés de maintien dans les logements avec un coût pour logement qui explose. Entre la précarité du chômage et la précarité de la rue, il n’y a qu’un pas, le nombre de sans logis explose, plus 50% en 10 ans dans notre pays, rapporte la fondation Abbé Pierre. Depuis maintenant deux ans, la répétition entêtante « faire mieux avec moins » ne va pas faire illusion longtemps, car si en 2015 notre ville a réussi partiellement ce pari, c’est en partant d’un réajustement de près de 600 000 euros, en se rapprochant des crédits de consommation réelles.

Nous constatons que l’exercice sera plus dur pour 2016, obligeant à une réflexion plus en profondeur et souvent à des choix plus difficiles à faire en commission :

– Moins 474 000 euros pour la section de fonctionnement, et l’on notera plus particulièrement la baisse de 6,67 % en subventions et participations.

– Moins 474 000 euros avec des choix particuliers : 28 000 euros en moins pour les illuminations de noël, 26 000 euros en moins pour « Reflets », notre magazine communal avec une parution qui devient bimestrielle, et 10 000 euros en moins pour la médiathèque qui est la partie la moins visible mais la plus importante à nos yeux, c’est moins de livres pour les lanestériennes et les lanestériens.

– C’est 13 491 euros en moins pour les associations, même si on remarque un crédit exceptionnel de 14 500 euros pour les aides exceptionnelles, peut-être un peu d’oxygène pour les associations. Ce réseau d’associatifs ne tient pas de l’exception, il fait partie intégrante du tissus économique et culturel de notre commune.

La construction du budget 2016 s’effectue sans hausse des taux d’impôts communaux, oui personne ne le nie. D’accord, il n’y a pas de hausse des taux communaux mais il y a une réévaluation nationale des bases fiscales (1,6 % pour la taxe d’habitation, +2,5% sur les bases du foncier bâtis).
S’ajoutera à cela une hausse probable de 3% sur la taxe d’enlèvement des ordures ménagères prévue par Lorient agglo. Donc les citoyennes et les citoyens l’auront compris, pas de hausse des taux communaux mais une augmentation des impôts quand même. Sur ce budget, présentant 4 214 000 euros de travaux, nous sommes satisfaits de l’engagement de notre collectivité pour l’éducation, mais nous mettrons une mauvaise note pour l’attribution de 240 520 euros aux écoles confessionnelles.
Concernant l’engagement pour la culture, avec 50 % de l’investissement pour le QUAI 9, mais au-delà, il nous faut penser à un programme culturel pluriannuel qui engloberait tous les sites, et pas uniquement le QUAI 9, parce que notre ville c’est aussi la salle Jean VILAR et le théâtre des Deux Rivières, avec son espace partagé entre le lycée et sa section théâtre et la ville de Lanester avec la Compagnie de l’Embarcadère, mais le plan pluriannuel des investissements ne montre pas de réelles ambitions sur ces deux théâtres avec 4 000 euros sur 4 ans pour le théâtre des Deux Rivières et 20 000 euros pour Jean VILAR à l’horizon 2018, il faudrait envisager rapidement une autre utilisation pour ces salles avec un cinéma associatif par exemple pour la salle Jean VILAR.
Concernant l’engagement de la ville en favorisant l’accès à la propriété avec le maintien du dispositif « Lanester Access » est préservé et cela nous parait essentiel.
Sur l’engagement en faveur des déplacements doux, la desserte des zones de Manebos et du Zulio est essentielle mais puisque l’on parle déplacement, il faut des engagements : à quand une ligne de bus pour aller au cinéma à Lanester ? Et quelle desserte en transports en communs est prévue pour la zone du ZULIO ?

Enfin en conclusion, et pour reprendre les termes de la présentation, nous disons :

Oui à la sanctuarisation du tissu associatif mais non à la baisse de 1,9 % des subventions pour les associations encore cette année. Nous disons oui à l’accès pour toutes et tous à un service public mais non à la baisse de 100 000 euros pour le CCAS. Et n’oublions pas, nous ajouterons oui à l’emploi oui à l’emploi durable avec un salaire décent au sein de notre collectivité, et les 3 titularisations à temps plein vont dans ce sens ainsi que le recrutement pour QUAI 9, mais attention aux besoins non couverts ou insatisfaits par le départ en retraite des 8 personnes.

Merci de votre attention, notre groupe votera contre ce budget. »
Blog-SymboleEtoile01

 

 


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s